Archive | septembre, 2011

J’en veux Angkor

29 Sep

Le Bayon, Un des temples d'Angkor Kim nous ouvre les portes de sa maison. C’est une belle villa dans un quartier résidentiel surveillé de la capitale. A chaque étage, une chambre spacieuse avec salle de bain privée, agrémentée d’ustensiles a usage unique, provenant tous d’ hôtels. Les lits matrimoniaux pourraient faire dormir généreusement 4 personnes, comme souvent au Cambodge d’ailleurs. Les plafonds sont hauts, les murs d’un blanc religieux avec quelques tableaux asiatiques de bon gout, dans un ton général très épuré. Nous nous regardons avec Eadaoin, tant de luxe et de propreté nous surprenne après le hamac dans la jungle et l’éléphant sous la pluie. Nous allons même pouvoir prendre une douche chaude. La première depuis presque 2 mois ! Nous dinons tout les 3, comme des hôtes de marque. Kim, trop heureux de nous recevoir, est au petit soin. Il prend même notre programme en main afin d’être sur que nous profiterons au mieux de sa ville bien aimée. Ce contrôle brutal désappointe un peu les 2 baroudeurs que nous sommes, mais l’intension est tellement généreuse et bienveillante qu’il ne saurait être question de lui en tenir rigueur.

Le marché central Vue du restaurant sur la capitale 

Il nous emmène au musée national. Nous flânons dans des galeries de peintures qu’il affectionne, dans les dédales du marché central avant de nous inviter à déjeuner dans un restaurant luxueux, au sommet d’un immeuble, dominant la ville à 180 degré. Un véritable sens de l’accueil. Il invite des voyageurs inconnus comme cela depuis des années et n’a jamais eu aucun problème. Un vieil adage me revient à l’esprit: Ne jamais douter de la gentillesse des gens.

central market Jardin du musée national Et le grand moment arrive. Kim insiste pour m’accompagner à l’aéroport chercher Blandine. Cette amie depuis maintenant 5 ans est la dernière française vu au pays, il y a 8 mois. Nous avons toujours eu des débats passionnants et nos parcours sont rigoureusement opposé. Cela dit, son sourire communicatif et l’affection réciproque ont toujours eu le dernier mot. Tout ceci rend  son séjour à mes cotés d’autant plus intéressant. J’ai hâte de voir comment se déroule les choses. Je sais qu’elle est une personne facile a vivre mais l’habitude de voyager seul, de me perdre dans mes songes, et de m’imprégner des lieux ne sera t-il pas un obstacle ? Ai-je beaucoup changé ? C’est tout l’enjeu de ce bout de voyage, après l’évident plaisir de partager la route avec une amie.

scene de vie dans la capitale un moine et son ombrelle, sur les grands boulevards Nous arrivons en retard, elle attend tranquillement sur le seuil, on se voit, on se sourit et on s’embrasse. Je ne viens pas de retrouver un compagnon de route mais une amie. Cette imperceptible sensation de complicité vu de l’extérieur, procure une rassurante chaleur intérieure. Pour un temps, je ne suis plus seul. Alors, nous slalomons en Tuk-Tuk nocturne dans les avenues brulante de Phnom Penh, commençant une discussion qui finira 14 jours plus tard.

un des nombreux marchés de la capitale Le lendemain, nous flânons dans les marchés de la ville à la découverte du pays, des gens, des bruits et des odeurs de l’Orient. Nous parlons sans cesse au milieu des étales, les yeux remplis d’une curiosité sans cesse sollicité. Quelle surprise de la voir ici ! Plus loin, il y a eu aussi cette visite pesante de la prison S-21, celle où 20 000 cambodgiens innocents trouvèrent la mort après d’insupportables tortures. Il y a seulement 36 ans.

interieur d'une cellule un batiment conseils aux voyageurs  une ambiance...qui en dit long

Une alchimie dont seul les voyages vous font grâce réuni pour le diner 6 personnes dans un restaurant chic, de 24 à 76 ans, de 3 nationalités différentes, avec des parcours totalement opposés. Nous échangeons autour d’une grande table ronde parfumée des mets du pays, nous parlons français, nous buvons de la bière, un concert en fond de terrasse. L’un est chimiste, l’autre psychologue: une banquière, une travailleuse sociale, un cameraman et un linguiste a multiples casquettes. Des discussions de qualités mélangeant les genres, comme les ingrédients d’un plat que l’on sait savoureux. Une porte ouverte sur des hommes d’expériences, contemporains, laissant entrevoir différents niveau de responsabilité. Des destins forts dirons-nous. Les mots sont lâchés: linguisme, Mexique, ONU, aventure, prison, recherche, origine, mission, ethnologie, histoire… Des gens que l’on aurait eu du mal a rencontrer dans d’autres circonstances et qui en fait, constitue les éléments hétéroclites d’un tableau homogène. Le meilleur bureau d’orientation ne se situait donc pas dans les institutions, mais autour d’une table de restaurant en Asie un mercredi soir, où d’atypiques récits de vie flattent les espoirs d’un jeune en quête de renouveau. Et un cognac passe. Un doux parfum de France.

Kim, 76 ans  (pas de photo de jean marc, 60ans)  Eadaoin, 24 ans Blandine et moi, 26 ansThearom, 25 ans 

Et c’est le premier départ pour Blanblan, vers le joyaux architectural khmer du pays , au 2 millions de visite annuelle, la fierté d’une nation: les temples d’Angkor.

comme si vous y etiez... Angkor Wat, temple principal Et nous partons sur les chemins..…à bicyclette…..lors de 2 journées de découvertes splendides, vadrouillant a vitesse humaine. Le site n’est pas une ville restaurée, ce n’est pas un amas de vieux temples a peine visible, mais un jardin de 400 km carré, dans la campagne de Siem Reap, parsemé de forets, de rivières, de petits hameaux, de buffles et de rizières. Puis ca et la, parfois caché par la végétation ou alors arrogant depuis l’horizon, se dressent une quarantaine de temples. 

a la lisiere d'une foret La zone Angkor

Sur nos vélos rouillés, nous avons parcouru environ 70 kilomètres  sans avoir pu reconnaitre le sanctuaire dans son intégralité. Il y a des petits restaurants partout, les cambodgiens défilent comme a l’habitude, les policiers raquettes les commerçants, les touristes déferlent par cars entier, les singes mangent des bananes, nous perdons 4 litres de sueur par jour…bref, tout va bien !

 temple principal, Angkor Vatmuraille d'entree  tetes de Bouddha   angkor wat

Les temples ont une physionomie globale assez similaire mais le lieu d’implantation, la grandeur du monument, son état de vétusté, le panorama, ses motifs ou le bon rayon de soleil qui fait la différence, constituent d’assez grandes singularités pour nous surprendre. Et cette roche noircie, ses fresques de guerres, ces têtes presque menaçante de Bouddha et ce coté toujours phallique, guerrier et orgueilleux impose le respect. Il y a Angkor vat, le majestueux, le Bayon semblable au palais idéal du facteur cheval (Drome), et ces petites tours isolées, ou cet endroit incroyable, où des arbres gigantesques se sont implantés là, comme des gardiens de bibliothèque en réunion. Et un calme. Un endroit ouvert, bucolique, enchanteur. Un mélange encore équilibré d’art asiatique au sommet et de campagne champêtre. Il suffit de passer entre les livraisons de touristes des agences de voyages. Vraiment agréable.

 le Rajavihara,le  "monastere du roi"magic rizieres

Tout heureux de nos premiers jours de voyage, nous ne cessons de discuter lors d’échanges de qualité. L’âge a rapproché nos conceptions. Nous passons une journée dans un village flottant, où les gens se servent de la barque comme d’une moto. Un endroit charmant au dessus des eaux, avec une population de pécheurs toujours aussi accueillant, aussi curieux et amusée. Et puis ces quelques minutes magique, lorsque sur une petite embarcation, nous nous engagions dans la foret noyée, au son étouffé du clapotis des rames sur les eaux. Comme la plus tendre des berceuses, cette foret vit sous 5m d’eau et nous voguons dans les hauts feuillages d’une échelle devenu humaine. Un de ces moments où l’ambiance et la force du lieu vous domine entièrement pour mieux vous apaiser.

 le village flottant La foret noyée

S’en suit une longue journée de bateau pour rejoindre Battambang qui n’éveille pas notre curiosité. Nous cherchons notre programme, nos envies, nos idées. 15 jours, c’est pressent. Dés le lendemain nous partons pour les plages du Sud, dans la station balnéaire de Sianoukville où nous ne trouvons que pluie continuelle, ville éclatée et une ambiance hors saison morose. Mais nous sommes deux, ne rien faire signifie signifie donc jacasser !

Terminale de bus La pluie ne nous suivra pas jusqu’a Kampot. Et ce fut une très bonne chose. Dés notre arrivé, nous nous organisons une après-midi PMU-patriotique. Tenu par un anglais bien portant et très convivial, le bar où nous trouvons refuge nous inonde de bières et de rugby pour notre plus grande joie. C’est une sorte de tradition depuis 2006 qu’avec Blandine, nous suivions les grands événements sportifs ensemble dans les bistros lorsque c’est possible. Malheureusement, les kiwis rabaissent nos espérances a de plus justes valeurs, mais le moment était délicieux.

la campagne vue d'ensemble

Un peu éméchés, nous continuons autour d’Angkor beer, une discussion dans le jardin de l’hôtel, jusqu’a ce que le gardien nous demande de rentrer  au milieu de la nuit. L’amour, immense et intarissable sujet, avait survécu plusieurs heures a l’assaut des moustiques mais un veilleur de nuit clôt ce déversoir sans fin. Les yeux au plafond dans le lit que nous partageons, je me sens bien entouré de voir que nos expériences exigent de nous plus qu’une simple conclusion, mais l’initiative de renverser nos acquis et de se nourrir de nos échecs, condition nécessaire de l’émancipation. Je suis heureux de partager cela avec Blandine qui, pour des raisons très différentes, est elle aussi amenée a engager des réflexions sur notre rôle ou nos limites. Un chemin qu’il est dur de rebrousser une fois que l’on s’y est engagé.

sur la route...l equipe de choc

Kampot, c’est surtout une petite ville au milieu d’une charmante campagne, non loin de la mer. C’est l’endroit idéal pour louer une motobike et dévaler sur les chemins cambodgiens comme de vrais locaux. Pour 5 dollars/jour, nous voici perdu dans les environs d’une ville, ou la police se charge de nous égarer ! Néanmoins, nous nous rendons dans une petite grotte au milieu des rizières, dans une culture de poivres, au marché au crabes. Ni les averses, ni les enfants cabochards qui trafiquent notre bolide ne nous empêcherons d’aller où bon nous semble. De nous perdre juste pour voir, d’aller au fond d’un cul de sac pour être bien sur qu’il n’y a pas une piste cachée ou de déguster le meilleur poisson grillé de ma vie, dans une paillotte, les pieds dans l’eau.

 prudence sur les routes la pluie nest jamais bien loin....  Si la mobylette donne instinctivement une impression de liberté, si le simple fait de saluer la population locale très présente au bord des routes, ou de demander une boisson par des mimes est une expérience touchante, il eut été un moment plus marquant que les autres. Celui où nous nous sommes perdu jusqu’au bout d’un chemin qui mène jusqu’à la mer. Ici, au milieu d’un horizon plat de marrés salants, nous nous asseyons sur un talus pour nous laisser distraire par le soleil couchant, étirant de longues couleurs chaudes juste derrière un bosquet de palmiers. Un instant sans mot dire, où la fine brise murmure a elle seule la beauté d’un moment simple, distribué avec parcimonie, à la mesure de notre capacité a en apprécier la présence. Et nous avions partager un silence, une chose bien difficile a communiquer, preuve d’une sincère complicité.

dernieres lueurs

Quelques jeunes locaux nous rejoignent, sans comprendre tout a fait ce que nous regardons. Et ce délicieux papy protecteur, vaillant et souple avec des yeux rieurs, qui vient s’assurer que tout va bien…en français.

IMG_0486 Aussi loin que nous avons pu allé dans ce pays, jamais nous ne nous sommes sentis seul. Il y a toujours eu une main bienveillante pour nous aider, nous guider ou juste, pour s’intéresser a nous. Il n’y a pas d’anonymat ici, nous sommes toujours quelqu’un venant de quelque part. Nous ne sommes pas des étrangers en terre inconnue, mais des gens qui découvrent une nouvelle partie de leur demeure.

scene de tous les jours

Une dernière nuit à Phnom Penh et ce temps s’achève. Blandine s’en retourne en France et je me dirige vers le Laos. D’après elle, j’ai moins changé que muri. Cette réflexion me rattache a ces dernières années, comme un rapace qui veille de loin. Je crois que le Cambodge nous laissera un souvenir a part. En ce qui me concerne, je m’endors avec ces gens les pieds dans l’eau, attentif et souriant, bercés par une vague rizière d’un vert éclatant, nous demandant quelle peut bien être le poids de ce quotidien qui de la sorte, nous accable autant.

mon coup de coeur

Publicités

La joie de vivre

13 Sep

Marché de Sem Monorom Une joyeuse cohue agite le terminal de bus de Phnom Penh. Je contemple ce petit monde avant de grimper dans mon bus en direction de Kompong Chan. Une belle journée ensoleillée que seul un brouillard de pollution vient voiler. Je sens une petite brise brulante a travers les vitres du bus, je la laisse me griller le visage. Tout est parfait en cet instant. Un sentiment apaisant subtilement combiné avec une fureur de découverte. C’est dans le Ratanakiri que se poursuivra mon voyage.

1ere vue du Mekong Khompong Chan est une ville le long du Mékong, a mi chemin de ma destination. Le fleuve puissant, large et brunâtre parcoure une grande partie de l’Asie depuis les montagnes de l’Himalaya jusqu’au sud du Vietnam. Célèbre comme étant un axe majeur de commerce, un endroit mythique.

Fiesta !! En flânant le long du quai, je découvre une fête foraine. Quelle ne fut pas ma surprise ! Au Cambodge aussi, ils ont leur vogue. Je m’avance en apercevant les manèges, les stands de tir, les lumières, la fumée des barbecues, les marchands de glace et de beignets. Sur un tourniquet, de jeunes enfants jonchés sur un tigre hurlent de rire sous le regard du grand père avalant ses lunettes de liesse. Une jeune mère essaie de rassembler 3 bambins qui déambulent joyeusement autour des bulles de savon. Plus loin, un chien renifle les pics a viandes et en chipe un morceau en rasant le sol poussiéreux, encombré de détritus en tout genre. Au bord de l’eau, une sono exagère les décibels alors qu’une cinquantaine de personnes exécutent des pas d’aérobic en plein rue. De l’autre coté du trottoir, une file de moto se transforme en gradin improvisé et une foule de marchands s’occupent de la buvette. D’autre d’adultes jouent avec une sorte de lourd volant de Babington qu’ils se lancent par de somptueuses “aile de pigeon” acrobatiques.

Sceance d'aerobic quotidienne sur les rives du Mekong Et je tombe sur ces enfants qui me salut avec engouement, comme un bienfaiteur. Ils restent a bonne distance, ne cherche rien de particulier, sinon a crier plus fort que sont voisin: “Hello !” On parle deux minutes comme on peut, puis ils veulent que je les prenne en photo. Ils jouent avec l’objectif, se bousculent, se chamaillent. De les voir se presser autour de moi, s’étreindre de joie lorsque je cherche a les faire rire, s’émerveiller de bulles de savon, ou regarder une sœur avec tendresse, je me sens chavirer moi aussi comme l’un d’entre eux. J’ai été eux en fait.

Fete foraine Parce que si loin de chez moi, je saisie une notion universelle. Cette évidente proximité entre tous les êtres me tombe pourtant dessus avec la violence une pluie de mousson. Le sourire d’un enfant, la tendresse d’une mère, la découverte d’un jeux, la féerie d’un conte ou les mondes qui transitent par un carrousel ne se divisent pas en autant de nations que l’humanité en compte. Dans une très large mesure, un cambodgien de Kompong Chan est animé des mêmes gestes d’amour et des mêmes intentions  que son homologue du lac Titicaca, ou du Kanaks de village. Une telle révélation n’est pas anodine pour un jeune français parti à la découverte de la multitude du monde. Comme une coquille qu’il fallut briser, certains aprioris tombèrent. Et devant l’abdication de ce qui me semblait des barrières infranchissable entre les peuples, seul sur ce balcon,je resterai avec cette idée ce soir: des songes d’espoirs dans les yeux.

Un je d'enfant Puis c’est une longue journée de bus vers Bang Lung, capitale du Ratanakiri. De celle qui vous fatigue des l’aube, ne parvient pas a vous réveiller sans toutefois réussir a vous endormir. De ces journées qui secouent, qui vous indispose le fessier.

rue de Sen Monorom, 8 000 habs Puis tout est allé très vite car, dés le lendemain à l’aube, nous nous retrouvions dans la jungle avec 4 autres camarades pour un trekking prometteur de 2 jours. Cambodgiens, anglaise, américaine, irlandaise, allemande et français, s’enfoncèrent dans un dédale boueux bordant des rizières éclatantes, parcourant les collines vallonnées cultivées par les Mnongs. Notre guide nous explique le travail gigantesque de ces paysans, décortiquant chaque grain de riz manuellement, un par un.

Paysages cambodgien Mais je n’avais d’yeux que pour ces collines. La couleur verte du riz est d’une étincelante beauté. “Le vert parfait”: profond, dense, lumineux. Comme je n’en avais jamais vu. Les plantes en bouquet frétillent sous les douces brises de la matinée, faisant onduler les collines verdoyantes d’un mouvement tranquille, comme si cette terre rouge suivait elle aussi la danse du vent. Quelques crient de perroquets me sortent de la contemplation de ce bout de campagne, comme on sort d’un rêve affectueux: avec le désir innocent de garder cette félicité dans les plus profonde essence de l’âme. Chimère d’une émotion indomptable et pourtant impérative, qui trouve sa naturelle beauté dans l’éphémère alors que l’homme ne rêve que d’éternité.

Des beautés fragiles Ces journées au cœur de la nature sont vivifiante après les fastes de la capitale. Une troisième fois dans mon voyage, je marche sur un humus délicat, sous une voute de chlorophylle. Recouvert par la végétation, l’atmosphère est accablante. Notre interlocuteur local nous apprend le nom des plantes, des oiseaux…des insectes, des araignées et des rampants. Mon chapeau jaune attire les papillons comme une fleur tandis qu’au bord du sentier, de bien étrange plantes ferment leurs feuillages au moindre effleurement. Tout est vivant.

rive d'un ruisseau Suite au pique nique bucolique au bord d’un ruisseau et une marche digestive, nous arrivons à notre campement. Cette fois, pas de village ou de cabane. C’est un hamac qui nous servira de lit, autour d’un bon feu.  Par delà une petite butte, un bras de rivière coule vigoureusement par une cascade, enlacé de bambous et de lianes. Assuré de la sécurité de son cour, nous plongeons avec délectation nos corps trempés de sueur dans cette eau tiède. Jacuzzi naturel, saut de lianes en lianes, découverte des poissons croqueur d’orteils, rien n’est trop providentiel pour nous contenter jusqu’a ce qu’un serpent tombe d’un arbre au beau milieu du campement. Atterrissage sans gravité !

un amis ludique mais venimeux ! Une fascination et une peur effroyable nous tétanise alors que visiblement, les serpents tombent du ciel là où nous allons dormir. Néanmoins, grâce à quelques gorgées de vin de riz et repus d’une soupe cuite a l’étouffée dans un grand bambou rôtissant sur le feu, je trouves le sommeil rapidement.

de mignones petites bouilles Avant de regagner le village, nous nous arrêtons dans une cabane abritant une famille Mnong, une minorité ethnique d’origine vietnamienne. Le sens de l’accueil est aussi développé chez ces gens que l’absence de propriété privé. Personne ne s’étonne alors, que 8 personnes arrivent dans votre maison et s’installe pour le déjeuner. C’est une cabane sur pilotis de bambou et de branche. Le couloir est a même la terre tandis qu’il n’y a pas vraiment de mur. Seul un étage, la chambre a coucher commune je suppose, est préservé des eaux en cas de cru et les seuls meubles sont ceux de la cuisine: une étagère et un reste d’évier au dessous d’un tuyaux d’eau provenant du ruisseau a proximité. La mère nourrit au sein une petite fille de 2 ans pendant que les deux grands frères jouent aux cartes sur une natte. Le père a la silhouette effilé, taille de fines lamelles de bambous pour en faire des paniers. Aussi pauvre que souriant, ils sont les garants d’une tranquillité millénaire qui tourmente mes sens d’occidental.

Centre de Bang Lung De retour, notre sympathique petit groupe éclate, alors que je flâne encore quelques jours dans Bang Lung. En dehors de mes camarades, je n’ai vu que 2 touristes en 5 jours. Le centre ville s’organise autour d’un marché pittoresque que j’ai la gratifiante impression d’être le premier blanc à découvrir. Les regards fondent sur moi a chaque parasol que je dépasse plié en deux, les gens se donnent des coups de coudes pour me dénoncer et les enfants me saluent volontiers après un instant de stupéfaction. Un blanc est dans la place ! Mais surtout des sourires unanimes, des gestes de salut, des attitudes bienveillantes. Toutes les générations de cambodgiens se comportent avec un grand respect, doté d’une curiosité amusante. On se sent réellement accueilli, comme si des centaines de gens retrouvaient le sourire sur votre passage. Mais le plus beau, c’est qu’ils paraissent être comme cela tout le temps !

Place du marché Lors d’une soirée, je fais la connaissance de Kim au restaurant, un vieux cambodgien qui m’invite aussitôt a diner. Nous nous lions rapidement d’affection et je porte une curiosité toute particulière a cet homme ayant vécu en France, travaillé en Afrique avant de rentrer dans son pays d’origine qu’il avait du fuir 40 ans plus tôt, laissant derrière lui des parents qui ne revit jamais, à la merci des Khmers Rouges. Sa bonne humeur naturelle et son expérience m’offre l’occasion d’un compagnon de route de 50 ans mon ainé, qui ne manque pas de me faire découvrir les réjouissances gastronomiques de son pays, comme les escargots à la cambodgienne où les tripes à la mode de Bang Lung. Une expérience…controversée. Son portrait ne serait pas complet sans parler de la générosité qui anime chaque cambodgien et il me propose de m’héberger dans la capitale, si d’aventure j’y retournai.

Mme Légumes Un endroit vivant et touchant

A Sen Monorom, village de 8000 habitants prés de la frontière vietnamienne, je retrouve Eideen l’irlandaise, avec laquelle j’avais marché quelques jours auparavant. Nous n’avions tissé que  peu de lien dans le nord, nous avons fait plus ample connaissance à l’est. Il pleut énormément. En fait, presque continuellement. L’air est plus frais aussi. Alors on prend du repos, je flâne dans ce qui restera le marché le plus rural de mes pérégrinations au Cambodge, nous rencontrons d’autres voyageurs, nous abusons délicieusement du vin de riz jusqu’a ce que nous décidions de profiter de la réputation du lieu. En effet, selon une tradition ancestrale, cette province est le territoire des dresseurs d’éléphants, art dans lequel ils sont passés maitre.

petit village aux elephants Ce fut une journée très drôle malgré la pluie. Alors dans un petit village de terre battue ou des fillettes de 5 ans dessinent sur le sol a l’aide d’un couteau de boucher, nous vîmes descendre d’une butte Tang, notre éléphant. Le mastodonte marche d’un pas sur, sans élégance mais avec une puissance placide. Son maitre est un jeune cambodgien qui assis sur la nuque du géant, le dirige a la voix où au pied, en lui grattant l’oreille.

Un nouveau moyen de transport Et nous avons pu découvrir la campagne champêtre du Modulkiri a dos de géant. Quelle impression ! Les éléphants d’Asie ne sont pas très grands a proprement parlé, mais une fois sur leurs dos, on sent de puissants muscles se tendrent a chaque pas, sous une cuirasse plissée, agrémentée de gros poils noirs ici ou là. Sur cet animal, on perd bientôt sa stature humaine et l’on reste impressionné par ses gargouillis ou ses reproches, son balancement, la dextérité de sa trompe ou l’entêtement sans borne du filou pour l’herbe grasse des lisières de bois, guidé par un estomac jamais rassasié. Le moment fort de la journée fut sa baignade, dans une eau gonflée des dernières pluies. S’accrochant comme nous pouvions sur le cuir râpeux d’une bête de 2 tonnes pour ne pas sombrer dans la folie des rapides, nous éclatons de rire à la joie du pachyderme nous gratifiant d’un barrissement de soulagement, et ne paraissant pas lutter contre le courant qui nous aurait brisé les os.

Une balade pas comme les autres Après de si belles expériences dans un pays si agréable et si touchant, nous fonçons avec Eideen vers Phnom Phnen, répondre à l’offre de Kim et accueillir demain, mon amie de Paris.

La vue d'éléphant !

 

La séduction volatile

3 Sep

Palai Royal de Phnom Penh, Cambodge Les cafés Thaïs ont cette particularité d’être extrêmement fort, passés à l’ancienne dans une chaussette et adoucis au lait concentré sucré, donnant un aspect de cocktail en dégradé et une saveur singulière, que seul la fatigue sait apprécier. Et à ce compte ci, la petite cuisine sur roulette où je me trouve, assis entre un trottoir noir et un caniveau où flotte quelques restes de légumes dans une eau lugubre, m’offre l’opportunité de me réveiller tranquillement après une nuit où, dans les 12h d’un bus de nuit, j’ai failli commettre, par 4 fois, un meurtre à l’encontre d’une anglophone d’1m60 ne voulant pas que je baisse mon dossier. A la grâce d’une hésitation, dans le choix d’un étouffement, d’une strangulation ou d’une lapidation à coup de boulettes de brioche, mort particulièrement atroce vous en conviendrez, elle garda la vie.

Fresque bouddhiste, representant "l'enfer" Bref, fidèle à la fois précédente, je n’ai aucune idée d’où je me trouve, dans les ruelles labyrinthiques de Bangkok. Mais mon café est mon ami.

un boui-boui de trottoir, bon marché et authentique. Un petit café ? Je trouve mon chemin avec une chance déconcertante, et j’organise alors ma toilette dans les commodités de l’aéroport. Le moussant brunâtre disparait peu a peu à l’aide de petits jets d’eau frénétique, tel un raton-laveur et sa palourde. Et après quelques lignes de B.Chatwin sur l’instinct naturellement nomade de l’homme, j’embarque pour le Cambodge avec la sensation vertueuse d’effectuer le voyage originel.

un moyen de transport tout a fait particulier. Je n'en ai vu qu'ici. L’arrivée sur la capitale est la plus étonnante vue d’avion que j’ai pu observé. La convergence du Tonlé Sap et du Mékong, grossit par la saison des pluies, inonde les champs a perte de vue. C’est une terre noyée qui se déploie jusqu’à l’horizon, avec de pâles reflets de soleil, ternis par les nuages bas. A la suite de cette délicieuse vision d’albatros, je ne savais pas encore que j’allais passer 24h tour à tour dans le rôle du pigeon et de la linotte.

Une enseigne dans un garage, entre des slips et de l'huile de vidange. Un charme local Ainsi en 2h, je me fais escroquer d’environ 15 euros par un chauffeur de tuk-tuk qui jouant habilement sur des taux de changes fictifs rentabilise sont trajet, par une sorte d’usurière hideuse et débraillée, qui derrière un rideau de plexiglas aux affiches coquines, me prend 8 euros de commission pour 30 euros de change, et par un conducteur de moto-taxi qui après m’avoir fait perdre le Nord, fait doubler ma note pour un retour….de moins de 100m. Vérification prise sur internet, je repense devant la bière de l’oublie, au “Rrou-Rrrou” du pigeon si cher à mes amis depuis une certaine embardée marseillaise, signalant la bonne farce dont on venait de me fourrer. L’avantage lorsqu’on se fait arnaquer en Asie, c’est que ca ne coute pas trop chère.

Nota Bene: Ne plus arriver si tard dans un pays se couchant si tôt, en n’ayant aucune idée de la valeur de la monnaie locale, sans un sous en poche.

Au detour d'un temple

Assagie par une bonne nuit de repos et engourdie par ces frivolements d’Aves , je m’envole à la découverte de Phnom Penh et me rendant au distributeur automatique de billets, je reste figé un moment, épouillant mon sac sur le devant d’un hôtel, cherchant dans ma mémoire quelle linotte s’était emparée de ma tête, avant d’arriver à cette conclusion navrante: je n’avais plus ma carte bleue. Comment est-ce possible ? Quelle sorte d’oiseau de mauvaise augure aurait pu s’introduire dans une de mes chambres microscopiques durant mon sommeil pour ne prendre que celle-ci, sans aucun bruit? Non, j’ai du la faire tomber dans la rue, en picorant des billets. On a beau ne concéder aucune négligence, parfois elles vous rattrapent. Et ce “Noooon” craché sans retenue devant un policier amusé, me fit définitivement sentir que si j’arrive a voler de mes propres ailes, mon ramage ne se rapportait alors plus à mon plumage.

Un palai, des gardiens... Pas question pour autant de remettre mes plans, et je vais visiter dans la foulée le palais royal, avec ce qu’il me reste de deniers. Et j’entre pour la première fois dans l’univers Khmers. J’apprend qu’ils furent jadis, le peuple de plus puissant et le plus créatif d’un temps où leurs frontières englobaient le Laos, le Vietnam actuel et une partie de la Thaïlande. L’époque Angkorienne.

L'idée d'une certaine élégance La visite est assez succincte mais les bâtiments ordonnent une certaine noblesse raffinée avec ses toits en pointes, sa vénération sans mesure pour l’or, tout autant qu’une candeur colorée, décidemment la mesure juste des grandeurs sud asiatique. Cette notion suprême de richesse me fait penser que la mienne est dorénavant inaccessible, et je rentre à mon hôtel prématurément.

Le symbole de l'independance, des moines et une charette balailleuse. La ville quoi !L’improvisation ne s’improvise pas.” Louis Jouvet

Voila une phrase que nous répétait souvent Luisa Gaillard-Sanchez, metteur en scène de la Compagnie Janvier, lors de nos répétions avant les matchs. En voyage, il en est de même. Pour voyager sereinement, sans plan prédéfinis, sans organisation préétablie, il faut selon moi,  avant de s’y engager, avoir anticiper un certain nombres de situations problématiques et si possible, y trouver une solution. Par avance. Dans mon répertoire mental “désagréments”, je cherche “carte bleue perdue”. Réponse concordante: “travel-cheque”. J’en extirpe 5 de la doublure de ma ceinture et je m’empresse d’aller les changer contre du liquide dans une banque officielle. J’ai un répit de 2 semaines au moins. En dernier recours, il y a toujours Western Union. Mais assez de noms d’oiseaux !

Une des vues les plus colorées de la ville. Un jeu d'enfant presque. de ma chambre d'hotel Ces 24h de la poisse, il en faut bien, s’achève par une bonne nouvelle: une amie de Paris viendra me rejoindre, presque sur un coup de tête, dans deux semaines, pour m’accompagner durant 15 jours. Nous échangeons alors un coup de fil organisateur. D’ici la, c’est décidé, j’irai dans le Ratanakiri, province du Nord-Est, région de tigres et de jungle, presque oublié des touristes sur la route du Laos.

petit marché au centre de la ville En attendant, je flâne encore un peu dans les ruelles quadrillées à l’américaine de “La colline grand mère”, Phnom Penh. Lors de mon arrivée en tuk-tuk dans des avenues surchargées, je fus noyé dans une vague de motos vrombissantes. Partout, la motobike impose ses trajets ondulatoires et licencieux. Et si les conducteurs ont le casque vissé sur la tête, il laisse en revanche à leurs passagers le soin de se faire décoiffer au vent. Ainsi, jusqu’à 8 fesses de petits cambodgiens peuvent s’entasser sur ces mobylettes, avançant parfois par la seule grâce de Dieu. Les gaz doivent agir alors comme une drogue, car j’ai eu l’impression d’avoir glisser sur une patinoire de goudron, entrainé par la danse acrobatique de milliers de figurants.

Au feu vert: une embardée a deux roues ! En plus de savoir danser à mobylette, qualité non négligeable, ces personnages bon enfant savent aussi être inventif et à chaque instant,on peut apercevoir des trésors d’ingéniosités: les blocs de glaces empilés à l’arrière. 3 personnes, 2 valises, 1 parapluie et un sac de riz sur un seul siège, une carcasse de vache dans un sidecar, des tuyaux de 4m portés en équilibre comme un Lancelot vengeur, ou une cargaison de nouilles assorties par des poulets, têtes en bas, allant plus vite qu’ils n’eurent pu jamais voler. Une fois, j’ai cru être victime d’un coup de chaleur, lorsque je vis passer un homme seul, avec à l’arrière de sa pétrolette, une dizaine de matelas d’une hauteur de 4m, sérieusement harnachés. Je fus effaré par son habilité a garder l’équilibre lorsqu’il leva un bras pour saluer un cousin. C’est à ce moment là, je crois, que j’ai avaler une mouche asiatique.

une grande artére Les rues pourraient être sordides. Les bâtiments ne sont pas attrayants, ni innovants, ni colorés. Les vestiges de l’occupation française obsolète, les ordures s’entassent parfois, sous des tribus de rats. Mais l’ambiance qui y règne est d’un contraste saisissant d’avec cette description réductrice. Partout, les gens sont dehors, les gens parlent, rient, jouent, mangent, discutent. L’un s’arrête en plein milieu d’une rue pour crier la commande qu’il viendra récupérer le soir. Les chauffeurs de l’embouteillage ainsi crée, s’encanaillent de cigarettes ou d’une brochette de bœuf. Quelques jeunes à l’affut d’une circulation moindre, tendent alors un filet dans une ruelle pour y jouer au volley. Et ils lèvent ainsi la toile a chaque moto qui s’y présente, comme le mouvement d’une Ola. On ne s’énerve pas comme cela dans “La perle d’Asie”. On est oisif même.

ils travaillent longtemps mais ils savent vivre ! Et il faut bien rectifier après mes petites arnaques du début, que si certains peuvent grappiller quelques dollars sur une prestation, les gens sont honnête et très sympathique, pour peu que l’on ne soit pas naïf. Les marchés ruissellent de produits frais, de couleurs et d’odeurs. On y mange pour 1,5 US dollars et je m’y engouffrerai des heures si les parasols de leurs petites statures me permettaient de marcher droit.

mille légumes un rendez vous du quotidien  Bref, chaque moment du quotidien dévoilent des attitudes et des mœurs captivantes. Il suffit de regarder, assis à la terrasse d’un restaurant, entre une soupe de noodles et un poulet au curry a vous réchauffer les oreilles.

Plus tard, j’ai lu une phrase de Nicolas Bouvier qui convient parfaitement à ces premiers jours au Cambodge:

“Fainéanter dans un monde neuf est la plus absorbante des occupations.” L’Usage du Monde.

Poissons ? Des personnages a tout les coins de rues Ce pays s’annonce passionnant. J’ai déjà été séduit par sa capitale et l’idée de m’investir dans le cœur de son pays, enflamme une nouvelle mèche de curiosité et d’affection sincère. La découverte dans ces instants prend une dimension nouvelle, parce qu’elle n’est plus liée a une activité mais partisane de chaque seconde. Et malgré mon engouement, j’étais encore très loin du compte….

des moeurs singulieres

Mots clés Technorati : ,,,